FAQGalerieS'enregistrerPortailAccueilCalendrierRechercherConnexion

Partagez | 
 

 Les Chroniques de Kat'Lyn

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Héliodore
Membre honoraire de la cave
Membre honoraire de la cave
avatar

Nombre de messages : 670
Résidence : Surveillée
Classe : Business
Date d'inscription : 05/05/2010

Votre Personnage Lotro
Nom perso IG: Héliodore
Classe: Ménéstrel
Niveau:
80/85  (80/85)

MessageSujet: Les Chroniques de Kat'Lyn   Mer 9 Déc 2015 - 16:25

Hello,
je lis énormément et à un moment, forcément, je me suis essayé à l'écriture.
Sur le forum de la guilde où j'étais avant d'intégrer la CDB, j'ai laissé pas mal de textes sur Héliodore et la Terre du Milieu. Si vous êtes curieux, je peux vous donner les liens. Wink
Mais depuis je suis passé à Final Fantasy et se sont les déboires de Kat'Lyn qui m'inspirent...
Bonne lecture.

--------------------------------------------------------------------------------------------------

 Kat'Lyn arrête son chocobo devant la vieille masure. Dans la gorge qui l'a menée jusqu'ici, le raffut des galagos s'estompe. Elle sourit à cette astucieuse façon de prévenir l'occupant des lieux de l'arrivée imminente d'un visiteur. Avec la fraîcheur de cette fin de journée, la vapeur issue des sources chaudes voisines donne à l'endroit une atmosphère singulière et le bord de la falaise toute proche disparaît presque dans la brume.
 Dès sa découverte, il y a bien longtemps, la Miqo'te était tombée sous le charme du lieu. La vue sur la Noscea depuis le grand bassins était vertigineuse, la température de l'eau divine. Et cette sensation étrange qui lui chatouillait les sens, elle l'avait rapidement attribuée à l'influence éthérique des vestiges de la citée flottante de Nym toute proche. Au fur et à mesure de ses visites, son amitié avec l'unique habitant des lieux grandissante, elle y prêtait de moins en moins attention. Il faut dire que les discussions animées qu'elle a parfois avec ce puits de savoir lui permet facilement de mettre en sourdine les signaux bizarres qu'elle perçoit.

 Elle descend de sa monture et se dirige tranquillement vers la porte de la masure de l'ermite. Habituée à le voir souvent l'attendre sur le seuil une tasse de thé à la main, la Miqo'te est un peu surprise ce soir de ne voir personne l'accueillir. C'est vrai qu'il lui arrive de s'absenter quelques jours, se sermonne-t-elle. Et il ne ferme jamais en plus !
 Un peu déçue tout de même de ne pas pouvoir le saluer, elle ouvre sans hésitation la porte et entre.

 La lumière déclinante du dehors la presse tout d'abord à allumer la lampe à huile la plus proche, repoussant un peu plus loin dans la pièce l'obscurité naissante. Les autres lampes de la demeure sont également rapidement mises à contribution, révélant progressivement cet intérieur qu'elle a appris à connaître.
 Dans les bibliothèques déjà bien pleines, elle repère des ouvrages qui n'étaient pas présent à son précédent passage. Les sujets sont variés et souvent d'un niveau très élevé. Près du télescope, elle parcourt les notes d'une récente observation du ciel. Cette zone l'intrigue beaucoup apparemment.
 Parmi les papiers jonchant la grande table Kat'Lyn recherche un indice sur l'endroit où se serait rendu son ami et surtout depuis quand il a quitté son logis. Mais elle ne trouve rien. Le reste de la masure ne lui en apprend pas plus. On ne peut dire si l'absence dure depuis quelques heures ou quelques jours : les vivres sont encore frais, pas même un grain de poussière ne traîne.
 Cela lui rappelle la réflexion qu'elle s'était faite à l'une de ses premières visites : Pourquoi l'air à l'intérieur est-il si sec par rapport à l'extérieur ? Et surtout comment ? Elle avait déduit que la présence de tous ces livres le justifiait, et qu'un mystérieux artefact devait y pourvoir. Mais quand elle avait osé lui poser la question et réclamé voir le dit objet, un sourire avait animé les traits de l'ermite qui avait énigmatiquement répondu : « Un jour la réponse t'apparaîtra, curieuse Kat'Lyn... Mais pas aujourd'hui !»
 Encore jeune à cette époque, elle avait été vexée de ce refus. Et était revenue à la charge à de nombreuses reprises lors des visites suivantes. La jeune archère avait même une fois essayé de le provoquer en ouvrant en grand toutes les fenêtres de la maison. Mais le sage avait tenu bon et n'avait jusqu'alors jamais livré son secret.
 La Miqo'te sourit à nouveau à ces souvenirs. Comme elle pouvait être susceptible, impatiente et têtue à cette époque... Elle reconnaît qu'à son contact s'être un peu améliorée depuis.  

 Depuis sa dernière visite, de nombreuses lunes ont parcouru le ciel d'Eorzéa. Après les récents événements en Ishgard, elle a ressenti le besoin de revenir ici. A de nombreuses reprises, discuter avec le vieil Hyur lui a permis de voir sous un angle différent des problèmes qui la préoccupaient alors, lui permettant d'y trouver une réponse. Bien que retiré du monde il reste étonnamment très bien informé. Et son analyse se révèle souvent très proche de la réalité.
 Encore aujourd'hui, elle a besoin de la sagesse du vieil érudit et sont absence lui pèse.

 Des sifflements plaintifs au dehors lui rappelle que sa monture n'a toujours pas été bouchonnée et réclame d'urgence des soins. Kat'Lyn la rejoint rapidement et retire le harnais, la selle et les sacs qui s'y trouvent encore attachés au plus grand plaisir de l'imposant volatil.
- Vraiment désolé Kui ! Le voyage a été trrrès long, et je pense que de nous deux, tu ne dois pas être  le moins fatigué !
 La Miqo'te caresse tendrement la grosse tête qui s'est posée sur son épaule. Dans l'œil mi-clos tout proche, elle peut lire toute l'amitié et la reconnaissance que lui témoigne son compagnon ailé.
- Tu as bien merrrité de profiter des sources avant moi. Aller mon grand ! Et ne fait pas trop le fou, je n'ai pas envie que les galagos recommencent leur tapage !
 Elle regarde son chocobo se diriger en se dandinant vers le bassin le plus proche. Il gazouille de plaisir en entrant dans l'eau et commence ses ablutions toutes chocobesques.
 
 Une fois les lanternes extérieurs allumés, Kat'Lyn retourne dans la masure se dévêtir. Quelques minutes après, une grande serviette couvrant sa nudité, elle gagne le bassin qu'elle affectionne et pénètre dans l'eau fumante.
- Huumm ! Cette chaleurrr est divine ! Dit-elle en ronronnant de plaisir. Ce long voyage m'a vrrraiment épuisée.
 Au fur et à mesure que ses muscles se détendent, la Miqo'te sent une douce torpeur l'envahir. La vapeur s'accumulant, sa vision des alentours devient moins nette et les sons plus diffus. Elle entend à peine les ébats de sa monture pourtant proche. Elle sombre lentement dans un sommeil profond et se met à rêver.

 Sur la côte d'un pays lointain, dans un port où règne une intense activité, de majestueux vaisseaux attendent leur départ vers l'horizon. Depuis un entrepôt à l'architecture inhabituelle, des Élézens curieusement vêtus assurent avec diligence le chargement du navire le plus proche.
 Assise sur le bord du quai, apparemment étrangère à toute l'agitation autour d'elle, une jeune femme pas plus grande qu'un Lalaffell chante, s'accompagnant d'une harpe. Elle se balance au grès de la mélodie et sa douce voix couvre à peine le vacarme ambiant.  
 Peu à peu le va-et-vient autour de l’embarcation se calme et quelqu'un s'approche de la musicienne solitaire. Profitant d'un silence entre deux chants il l'interpelle :
- Veuillez me pardonner, mais nos préparatifs seront bientôt achevés. Si vous le souhaitez, vous êtes autorisée à nous accompagner. Le marin aide la jeune femme à se relever et attend patiemment qu'elle range la harpe dans son étui.
- Je vous remercie de la proposition mais, je se suis pas encore prête à faire la traversée. Répond-elle enfin, levant a tête. Toutefois je suis extrêmement flattée que cela me soit proposé. Elle s'incline respectueusement et ajoute gravement : Il me reste encore ici des tâches à accomplir.
Tournant la tête, la jeune femme regarde un instant le superbe navire qui semble n'attendre qu'un ordre pour larguer les amarres. Je voulais seulement assister à votre départ, murmure-t-elle.
- Comme je vous le dit, ce serait un grand honneur de vous accueillir parmi nous. L'Élézens s'incline à sont tour. Seulement hâtez-vous, il ne reste désormais plus beaucoup de navire en partance. Si vous tardez trop, il vous sera impossible de nous rejoindre une fois votre décision prise. Cette perspective semble l'attrister.
- Je vous remercie une fois de plus d'insister, mais je dois avant tout tenir mes engagements. Faites bon voyage, je suis persuadée que nous nous reverront. Après une accolade chaleureuse ils se séparent.

 Peu de temps après le navire appareille, laissant sur le quai la jeune femme le regarder s'éloigner avec envie. Après sa disparition de l'horizon, elle tourne le dos à l'océan et s'en va, pieds nus, d'un pas résolu. Nulles bottes, nulles chaussures ne se trouvent à proximité de là où elle se tenait tantôt, et pourtant elle semble en aucune mesure importunée par leurs absences...


 Une exclamation réveille Kat'Lyn en sursaut.

- Enfin chez-soit ! C'est bien la dernière fois que j'écoute un de ces maudits Kobold de la clique de ce satané 789ème Ordre ! Endroit important qu'il disait, Grmbl ! Nous n'avons visiblement pas la même conception de ce qui est important !
 L'esprit encore embrumé par son rêve étrange, elle n'a malgré tout aucune difficulté à reconnaître la voix passablement énervée de l’ermite qui rentre. Sortant de l'eau, elle se porte tranquillement à sa rencontre.

 Surpris de voir surgir de la brume devant lui une Miqo'te toute ruisselante, l'érudit la reconnaissant sourit largement .
- Kat'Lyn ! Ta visite réchauffe mon vieux cœur, cela fait longtemps que tu n'es pas venu me voir. Mais rentre vite avant d'attraper froid ! Le sage la laisse le précéder, non sans noter au passage les courbes gracieuse de son invité que la serviette trempée souligne.
- Vous croyez que je ne sent pas votre regard lubrrrique posé sur moi ? Plaisante Kat'Lyn. Si je n'avais pas bêtement oublié de sortir le paravent, vous n'aurirrez pas ce plaisir. Trop heureuse de sentir pour une fois son mentor troublé, elle s'arrête au beau milieu de la pièce et attend les mains sur les hanches. Une petite flaque se formant lentement à ses pieds.
 La voir plantée ainsi dans la lumière le sage en reste coi quelques instants. Puis, reprenant contenance, il va chercher une serviette sèche et un paravent qu'il déploie rapidement autour d'elle.
 Pendant quelques minutes, seul le froufroutement des vêtements que l'on enfilent vient troubler le silence qui s'est établit entre eux.
- Tu as bien changée depuis ta dernière visite Kat'Lyn. dit-il en lui passant la dernière pièce de son équipement. Je suppose que ton séjour en Ishgard n'y est pas étranger ?
- Comment diable faites-vous pour tout savoir ? s'énerve-t-elle en bouclant sa ceinture. Quand vous n'êtes pas en train de dévorer des livres ou de vadrouiller en Noscea, passez-vous tout votre temps à marrriner dans ces sources ? Elle sort enfin de derrière le paravent et va s’asseoir à la table, les yeux dans le vague.
- Que veux-tu dire par là ? Le vieil Hyur est intrigué. Il la rejoint après avoir rangé un peu la pièce.
- Je viens de faire un rêve très étrange pendant que j'étais dans l'eau. Il semblait étonnamment réel mais vrrraiment différent d'un écho. Plus elle tente de se le remémorer, moins elle y arrive. Mais le sentiment qu'il est important perdure. Ce n'est ni l'un ni l'autre.
- Oh, oh ! Voilà qui est intéressant. L'ermite la regarde intensément. Veux-tu boire un peu de thé ? Il t’aidera peut être à y voir un peu plus clair…
- Oui, volontiers.
 
 Laissant Kat'Lyn perdue dans ses pensées et pendant que l'eau commence a chauffer, l'érudit, un léger sourire aux lèvres, prépare tranquillement la théière.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MatJack
Caviste Junior
Caviste Junior
avatar

Nombre de messages : 108
Age : 26
Date d'inscription : 21/04/2015

Votre Personnage Lotro
Nom perso IG:
Classe:
Niveau:
85/85  (85/85)

MessageSujet: Re: Les Chroniques de Kat'Lyn   Lun 21 Déc 2015 - 3:42

Très intéressant et vraiment bien écrit ! J'attend la suite avec impatience Very Happy

_____________________________________________
La bave du crapaud n'atteint pas la blanche colombe...mais le plomb du fusil, oui !!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Héliodore
Membre honoraire de la cave
Membre honoraire de la cave
avatar

Nombre de messages : 670
Résidence : Surveillée
Classe : Business
Date d'inscription : 05/05/2010

Votre Personnage Lotro
Nom perso IG: Héliodore
Classe: Ménéstrel
Niveau:
80/85  (80/85)

MessageSujet: Re: Les Chroniques de Kat'Lyn   Jeu 17 Mar 2016 - 18:23

Hello, ce premier texte n'était pas censé avoir de suite mais, comme certains d'entre vous l'on réclamé, j'y ai pas mal réfléchi. J'espère que vous me pardonnerez le retard et apprécierez ce qui va suivre. Wink

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

  L'érudit déposa sans un mot la théière fumante et les tasses devant Kat'Lyn toujours plongée dans ses pensées. Après les avoir remplis, il attendit patiemment que l'arôme du breuvage se répande et ramène la jeune Miqo'te dans la même pièce que lui.
 « Hum… L'odeur de ce thé est currrieuse », dit-elle sortant de son mutisme. Elle se saisit de la tasse la plus proche, la porta à ses lèvres, prit un instant pour en apprécier l'arôme particulier, et en but lentement une gorgée.
 « C'est un mélange spécial de mon invention, répondit malicieusement le vieil Hyur. Certains jours, quand j'ai l'esprit un peu embrumé, il aide mes idées à ne pas se perdre en chemin. » Tout en souriant il répondit par un clin d’œil à la moue dubitative de la barde. Finalement pas rebutée par le goût, elle termina sa tasse et laissa son mentor la lui remplir à nouveau. Une fois fait, il demanda :
 « J'aimerai que tu me racontes ce qu'il t'es arrivée depuis ta dernière visite. Ainsi que les derniers potins d'Eorzea.
 - Comme si vous ne le saviez pas déjà... » Murmura-t-elle, mi-figue mi-raisin.

  Kat'Lyn s'exécuta néanmoins et, durant plusieurs heures, seule sa voix troubla la quiétude nocturne de la maison. Des détails jusqu'alors oubliés refaisaient surface de plus en plus facilement. L'érudit écoutait poliment, prenait des notes, posait des questions, et semblait attendre quelque chose. Il avait à plusieurs reprises remplis la tasse de Kat’Lyn mais n’avait pas une fois touché à la sienne.
  Vers le milieu de la nuit la Miqo'te fit une pose pour voir ce que devenait son Chocobo et le rentrer dans l’appentis prévu à cet effet. Une nouvelle tasse fumante l'attendait à son retour.
  « Vous ne chercherrriez pas à me noyer des fois ? », plaisanta-t-elle portant pour la énième fois la délicate céramique à ses lèvres. Elle interrompit soudain son geste. « Je me rappelle !
  - Ah ! » Visiblement soulagé, le vieil Hyur fit rapidement disparaître la théière et les tasses devenues inutiles. Il se saisit d'une nouvelle feuille et écouta avec une grande attention cette fois le récit du rêve qu'elle avait fait tantôt.
 
   Celui-ci achevé, il s'accorda quelques minutes pour en relire la transcription qu'il venait de réaliser, sous le regard interrogateur de son invitée.
  « Vraiment très étrange, grommela-t-il. Qu'est-ce qui te fait croire que ce n'est pas qu'un rêve ? » Levant les yeux de ses notes, l'érudit la regarda intensément.
  « Vous m’avez appris que les rêves sont formés à partir d’éléments que l’on a vu ou vécu récemment, que c’est notre inconscient qui s’en charge afin de trier les informations dans notre mémoire. Au réveil, on peut aisément déterrrminer les éléments réels autour desquels on a brodé la fantasmagorie du rêve, récita Kat'Lyn.
  - Oui, tu as bien retenu la leçon, confirma avec une certaine fierté son mentor.
  - Or, je ne reconnais ici rien de tel ! Dit-elle catégorique.
  - Hum… Ce n’est pas évident mais… » Le vieil Hyur n’eut pas le loisir de continuer.
  - Et quand vous rêvez, inconsciemment vous vous en doutez, non ?
  - Heu… Oui, plus ou moins mais… » Une nouvelle fois la barde lui coupa la parole.
  - Je peux vous affirmer, que pour mon inconscient, je ne rêvais pas ! »
  Cette fois, son interlocuteur ne trouva rien à objecter. Il montrait des signes de nervosité et essaya une autre approche.
  « Si ce n’est un rêve, ce doit être un écho alors. » Curieusement sa déduction manquait un peu de conviction. Kat’Lyn qui attendait justement que l’on aborde le sujet embraya aussitôt.
  « Lors de la manifestation d'un écho, on assiste en spectateur à un événement passé. On ne peux que voir et entendre, aucune possibilité d’agir. Et personne n’a conscience de notre présence étrrrangère à la scène, expliqua-t-elle.
  - Mais, n'est-ce pas justement le cas ici ? », demanda timidement l’érudit. La Miqo'te attendit quelques instants avant de répondre.
  « Non, et c’est bien ça le problème. Je ne sais pas pourquoi mais j'ai l’intime conviction que j’étais réellement présente et... Que j’étais cette personne. » Sous le regard ahuri de son mentor elle continua précipitamment. « Les bruits, les odeurs du port, la chaleur du bois du quai sous mes pieds, les sentiments qui me traverrrsaient pendant que je jouais de la harpe. Une foultitude de petits détails et sensations me reviennent à présent en mémoire prouvant que...
  - Mais c’est impossible !» Explosa brutalement le vieil Hyur avant de poursuivre. « Tu ne me feras pas croire que tu puisses être cette autre personne !  Je n’ai jamais rien entendu de tel ! » Les sourcils froncés, il semblait avoir beaucoup de mal à accepter les dires de la barde.
  « À ce moment là mon corps était peut être différent mais j'étais bien cette jeune femme, soutint-elle. Et je désirais du plus profond de mon être embarquer et parrrtir avec eux. Mais un sentiment tout aussi profond de travail inachevé m'en empêchait. » Inexplicablement elle sentit son cœur se serrer.
  « Peuh ! Ce que tu me dis est ridicule ! Cela ne peut être qu’un rêve exprimant les peurs et les doutes de ton inconscient. Si tu viens me voir c'est bien pour que je t’aide à y voir plus clair, non ? » L'agitation et la moue dubitative du vieil érudit choqua quelque peu Kat'Lyn.
  « C'est vrrrai, je l'avoue. Mais mon instinct me hurle que ceci précisément n’est-pas-un-rêve ! »
  A cet instant, ce qu'elle vit pour la première fois dans le regard de son hôte l'effraya et l’empêcha de continuer. Le vieil Hyur dû s'en rendre compte car il s’efforça de retrouver tant bien que mal l'état de calme confient qu'elle lui connaissait bien. Finalement, au bout de quelques minutes, il lui annonça un demi sourire aux lèvres :
  « Je suis vraiment navré mais je ne m’étais pas rendu compte qu'il était si tard, et le temps que m’a fait perdre tantôt ce maudit Kobold m’agace encore. Après un si long voyage tu dois être exténuée et ne dois avoir qu’une envie : te reposer. Quel ingrat je fais de t’avoir imposé cette discussion.»
  Sans lui laisser le temps de répondre, il se leva et alla lui préparer un couchage.

  Le reste de la nuit, elle dormit très mal. Les effets du thé maintenaient son esprit en ébullition. Elle fit de nombreux rêves, authentiques ceux là. Peu avant l'aube, elle se réveilla en sursaut mais n'eut cette fois aucune envie de se rendormir bien que, physiquement, elle en ressentait encore le besoin. Elle se leva donc et trouva son mentor affalé sur son bureau en train de ronfler, de vieux livres ouverts autour de lui. Elle couvrit d'une couverture les épaules du paisible dormeur et sorti discrètement dans la fraîcheur du jour naissant, une autre couverture sur les siennes.
  Repensant à ce qui l'avait réveillée, elle s’assit sur un rocher pour y réfléchir, attendant que les rayons du soleil levant veuillent bien l'atteindre et réchauffer son corps las.
  Elle resta un long moment à se délecter de la chaleur de l’astre solaire sur sa peau et en ronronnait de plaisir. Autour d'elle, les animaux diurnes avaient repris leurs activités et saluaient bruyamment la venue de cette nouvelle journée.
  Après avoir suffisamment profité de son bain de soleil matinal, Kat'lyn s’étira longuement et retourna, la faim au ventre, vers la masure. Elle fit un crochet par l’appentis pour y nourrir sa monture tout aussi affamée et la relâcher. En rentrant, elle découvrit son mentor affairé à préparer le petit déjeuner.
  « Ah, Kat’Lyn. Pas trop mal dormi ? » Questionna-t-il réprimant à grand peine un bâillement.
  - Si ! Votre tisane ferait passer le plus fort des cafés pour du lait d’étagne, rétorqua-t-elle avec un sourire narquois. Mais je peux vous assurer que presque tous les rêves que j’ai fait en étaient.
  - Presque ? » Le froncement de sourcils du vieil Hyur crispa légèrement la Miqo’te qui se remémora les événements de la nuit passée.
  « Oui. Juste avant l’aube, j’ai de nouveau vu quelque chose de très étrange », annonça-t-elle lentement.
 Poussant un soupir l’érudit alla chercher de quoi noter et attendit, avec résignation semble-il, qu’elle veuille bien encore tout lui raconter.

  A nouveau la voix de la barde s’éleva dans la pièce, couvrant à peine le crissement de la plume sur le papier de son auditeur captif.


  « Je suis en train de traverser une salle gigantesque. Le plafond, soutenu par des colonnes colossales, est à une hauteur verrrtigineuse, à peine visible. Tout est en pierre, entièrement recouvert de frises et orné de statues. On ne distingue aucune maçonneries, comme si tout était taillé d’une seule pièce. Les torches et braseros qui servent à éclairrrer l’endroit apportent également un peu de chaleur à ce décors minéral.

  Dans cette salle immense j’entends à peine le flic-flac de mes pies nus sur la pierre. Il y a peu d’activité autour de moi, je prrresse le pas.

  Il est vraiment difficile de se rendre compte de la taille d’un endroit autrement que par rapport à celle de ses occupants. Tous ceux que je croise, et qui me saluent au passage, ne me dépassent gère. Ils sont équipés pour la plupart de lourdes armures et portent d’énorrrmes marteaux ou des haches, parfois plus grandes qu’eux. Un détail est vraiment curieux : ils arborent tous de très longues barbes tressés. »


  A ce moment du récit la barde fit une pause pour laisser le temps à son mentor de rattraper son retard dans ses notes. D’un signe de la tête il lui confirma qu’elle pouvait continuer.

  « Au bout de la salle, j’arrive à une porte monumentale avec seulement une poignée de gardes en faction. Après quelques banalités, l’un d’eux me souhaite d’une voie bourrue un bon voyage avant que je ne franchisse les énorrrmes ventaux de pierre.

  La chaleur du dehors contraste vraiment avec la fraîcheur que je viens de quitter. Après que mes yeux se soient accoutumés à la clarté du jour, je me retourne et contemple l’ouverture dans la montagne d’où je suis sorrrtie. Pendant que je détaille les gigantesques bas reliefs et statues qui en décorent la parois, je sens mon corps se détendre peu à peu. La tension constante qui règne à l’intérrrieur m’a éprouvée.

  Je reprends finalement ma route et, alors que je me dirige vers une vaste forêt en contrebas, un cri lancé dans mon dos me fait me retourrrner à nouveau. C’est à ce moment là que je me suis réveillée. »


  Kat’Lyn patienta quelques instants que l’érudit finisse d’écrire et qu’il lui pose la question fatidique.
  « Un cri ? Quoi donc ?
  - Quelqu’un à crié : Héliodore ! Lâcha-t-elle rapidement.
  - Le minéral ? » Haussant un sourcil son mentor nota néanmoins scrupuleusement l’information et attendit que la Miqo’te poursuive.
  « Sans doute. Mais mon cœur a fait un bond en l’entendant. L’instant d’après je me retrouvais couchée en train de regarder le plafond, tôt ce matin. » Elle se tut, attendant légèrement inquiète le verdict de son interlocuteur.
  « Hum… Curieux... Si tu le veux bien, je vais te demander de rester encore quelques jours. Le temps de faire des recherches… » Le vieil Hyur faisait la grimace en se relisant.

  Soulagée de ne pas avoir à répondre de suite à de nouvelles questions, Kat’Lyn accepta et attaqua son petit déjeuner avec entrain car grande était ça faim. Elle n’osait encore dévoiler à son ami le fruit de ses propres réflexions sur ce dernier point : Héliodore devait être un prénom. Et le plus dingue : il pourrait bien être… Le sien.

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Ah, ah ! C'est encore loin d'être fini ! study
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lya
Muet
Muet
avatar

Nombre de messages : 16
Date d'inscription : 23/07/2015

MessageSujet: Re: Les Chroniques de Kat'Lyn   Jeu 21 Avr 2016 - 10:47

La suite, la suite, la suite Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les Chroniques de Kat'Lyn   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les Chroniques de Kat'Lyn
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» FLIC Chroniques de la police ordinaire, Bénédicte Des forges
» Les Chroniques du Père Bugli !
» Les Chroniques d'Yggdrasil.
» Les Chroniques d'Arcadia : Livre I (1er Projet)
» Les Chroniques de Katura : désormais aussi bientôt en BD!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Code B :: Final Fantasy XIV :: La Bibliothèque d'Eorzéa-
Sauter vers: